ZEvent, les jeux vidéo rendent généreux

C’est un événement sans précédent. Le week-end dernier (10 et 11 novembre 2018) avait lieu le ZEvent, un marathon de stream caritatif au cours duquel 39 streamers se sont réunis. De vendredi soir à 20h jusqu’à lundi matin à 1h, et au terme de 53 heures de live, ils ont récoltés plus d’un million d’euros pour Médecins sans frontières.

Réunis.jpg
Tous les streamers réunis à la fin de la diffusion. © Timo Verdeil

Mais le stream, qu’est-ce que c’est ? Un stream (de l’anglais, signifiant « flux » ou « flot ») est une diffusion en direct d’un contenu. On peut parler de streaming pour la diffusion de séries, films, musiques… en ligne (en opposition au téléchargement), mais ce qui nous intéresse ici c’est la diffusion en direct au sens de diffusé en même temps que le tournage. Les personnes qui streament du contenu sont appelés des streamers. Si les streams ont en majorité lieu sur la plateforme de diffusion en direct Twitch, il peut également il y avoir du streaming sur Youtube et plus rarement Twitter, Instagram ou Facebook.

Le stream caritatif n’en était pourtant pas à son coup d’essai en France. Créé par Adrien « ZeratoR » Nougaret et Alexandre « Dach » Dachary, le ZEvent prend ses sources début 2016 quand les deux joueurs décident de se réunir avec 14 autres streamers afin de participer au Projet Avengers, une opération caritative lancée par le belge Athene. Alors réunis dans le salon de ZeratoR et après 34 heures de diffusion, les 16 gamers avaient réuni plus de 170 000€ au profit de l’ONG Save the Children.

En septembre 2017, une deuxième édition a lieu, l’événement utilisant alors pour la première fois le nom de ZEvent. Cette fois-ci, ce sont 30 streamers qui se réunissent aux côtés de ZeratoR et Dach dans une cave, au profit de la Croix Rouge et des sinistrés de l’ouragan Irma, passé quelques jours avant dans l’Atlantique. L’équipe de ZEvent avait récolté plus de 500 000€ en dons et en achat de tshirts à l’effigie de l’événement. L’action avait d’ailleurs été saluée sur Twitter par Emmanuel Macron, alors déjà Président.

Annoncé un mois avant par ZeratoR, le ZEvent 2018 regroupe alors 38 streamers en plus de lui-même et de Dach. L’événement réussira l’exploit de réunir plus d’un million d’euros de dons et achats de tshirts, le tout venant pour la grande majorité du public. Seul un don de 10 000€ sera réalisé par Riot Games, éditeur de League of Legends, jeu qui a fait les beaux jours de nombre de streamers présents à l’événement. L’autre exploit réalisé par le ZEvent 2018 était de réunir un peu plus de 400 000 spectateurs tous lives confondus, et ce un lundi à presque 1h du matin, hors période de vacances scolaires. L’efficacité du ZEvent est impressionnante, tout en prenant en compte le fait qu’il n’a profité de presque aucune exposition médiatique : hormis quelques articles de presse régionale, tous les papiers publiés à ce sujet l’ont été après la fin de l’événement, un acte d’ailleurs critiqué par ZeratoR lui-même dans un tweet publié le 12 novembre.

Au tout début de l’événement, les 100 000 premiers euros de dons sont atteints en moins de deux heures. En tout fin, il faudra moins de trente minutes pour passer des 850 000€ déjà engrangés à un million d’euros, pour preuve de la réactivité et de la générosité des spectateurs. Pas dérangée par la fatigue accumulée, la salle explose à l’annonce du palier du million d’euros. S’ensuivent larmes, danses et cris de joie. « Tu sais que j’avais jamais pleuré de joie de ma vie ? » confie ZeratoR à Dach assis à côté de lui. Un autre streamer, Laink, pleure également devant ses spectateurs. « Je crois que vous et nous on a tous été à notre manière un peu utiles ce week-end », dit-il tout en continuant tant bien que mal de jouer.

Larmes
Les streamers Dach (gauche) et ZeratoR en larmes (droite) après l’annonce du palier du million de dons. © Timo Verdeil

Les différents streamers se sont en outre engagés à réaliser différents défis en fonction des paliers de dons, pour inciter les spectateurs à donner : certains vont par exemple arrêter de fumer, alors même qu’environ 18 d’entre eux prévoient de se raser les cheveux en direct sur Twitch le vendredi suivant, une information annoncée sur Twitter par ZeratoR le 15 novembre.

En dehors des évidents bienfaits qui seront apportés par la quantité astronomique d’argent récoltée par les 40 streamers du ZEvent 2018, l’événement permet de soulever une question qui revient régulièrement au sein des médias : la diabolisation du jeu vidéo. Effectivement, les conclusions de ce marathon caritatif entachent sérieusement la crédibilité du cliché du joueur lambda : d’un adolescent seul dans sa chambre, volets fermés, solitaire, égoïste et dans son monde, on passe à un rassemblement d’un peu moins d’une cinquantaine de personnes qui permettent de soulever plus d’un million d’euros pour la charité tout en jouant ensemble. En témoignent la partie générale de Just Dance tweetée par ZeratoR ou les photos prises par Timo Verdeil (consultables ici), le photographe de l’événement, l’ambiance et la sympathie étaient au rendez-vous entre les streamers, de jour comme de nuit.

Dès lors, ne serait-il pas temps de donner aux joueurs, et même au jeu vidéo en général la crédibilité qu’ils méritent ? Si le cliché du joueur lambda dépeint auparavant a pu être exact un jour (et encore), au vu des personnalités du jeu vidéo présentes à cet événement, il est clairement obsolète. Le jeu vidéo n’est plus réservé ni aux hommes (même si l’édition 2018 du ZEvent et le milieu du stream restent majoritairement masculins, 6 streameuses étaient présentes, comme Aayley ou Jeel) ni aux jeunes (certains des streamers présents sont mariés ou même pères de famille). En effet, l’avènement et le développement de l’industrie du jeu vidéo a permis la création de différents types de jeux pour correspondre à tous les profils et toutes les personnalités. Au ZEvent, cette diversité de choix était visible. De Fifa à League of Legends, en passant par Fortnite, Trackmania (un jeu de courses) ou même Euro Truck Simulator (un simulateur de livraison de marchandises en camion), tous les goûts étaient représentés, ce qui peut également entre autres expliquer le succès de l’événement.

Si l’événement était dès le départ prévu comme un marathon de stream de jeux vidéo, il serait malvenu de le réduire à ça : l’un des streamers présents, Nyo, à la tête de l’émission Draw Whatever sur la Web TV Le Stream, a proposé tout au long du week-end aux gamers présents de dessiner ou de peindre sur des toiles. Le ZEvent a même accueilli sur ses terres le plateau d’une émission d’NRJ, Domingo Radio Stream, dirigée par quatre des streamers invités à l’événement.

Dessin
Les streamers Nyo (gauche) et Dach (droite) en train de peindre. © Timo Verdeil

Mais quel avenir pour le ZEvent ? S’il est évidemment bien trop tôt pour se prononcer à propos d’une éventuelle édition 2019, ZeratoR et Dach, les organisateurs, semblent confiants. « Si on peut le faire, on aimerait le faire », répond Dach lorsque, pendant leur passage dans l’émission Domingo Radio Stream du 11 novembre 2018, on leur demande s’ils prévoient désormais de se fixer le rythme d’un ZEvent par an. Un rythme qui serait appréciable, tant les effets positifs de ce type d’événements ne sont plus à démontrer.

Crédit photo : Timo Verdeil (Twitter)

L’infographie regroupant toutes les informations sur l’édition 2018 du ZEvent, twittée par ZeratoR le 15 novembre 2018 :